Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 novembre 2011 2 01 /11 /novembre /2011 15:58

Depuis quelques années, la relation entre tourisme et développement a pris un tour nouveau, centré sur le développement durable et l'écotourisme. Les pays en développement utilisent le tourisme pour leurs plans de développement. Mais dans les pays industrialisés aussi le tourisme peut être une source de développement local et de croissance.
Le tourisme apparaît à bon nombre de pays africains comme une activité économique à développer. Si certains pays d'Afrique du Nord (Maroc, Egypte) ou d'Afrique de l'Est (parcs naturels du Kenya ou de Tanzanie) ont déjà une longue expérience de cette activité, pour d'autres, il n'en est rien.
Puisque le touriste dépense de l'argent, on peut penser que cet argent profite au pays d'accueil. En réalité, la plus grande partie de l'argent dépensé va dans la poche des tours opérateurs, des agences de voyage, et les retombées pour les populations locales sont souvent minimes. Les chercheurs se penchent sur le milieu touristique qui constitue depuis peu une pratique culturelle quasi autonome, avec ses logiques de développement, ses espaces de mise en oeuvre et ses valeurs. L'insertion de pratiques culturelles et de produits locaux traditionnels dans l'espace touristique pose de nombreuses questions. Les éléments patrimoniaux intégrés à l'espace touristique répondent à des logiques socio-économiques et culturelles très différentes de celles de leur milieu d'origine.
On ne peut plus ignorer que les impacts du tourisme sont globaux par effet cumulatif mais aussi à une échelle méso sur les sites, les régions, les habitats etc., et à une échelle micro sur les personnes et les familles. Il est indispensable d'établir un lien fort entre les acteurs du tourisme et les responsables de la territorialisation des politiques publiques ainsi que de la définition des politiques territoriales.
C’est en ayant une offre de qualité que nous ferons revenir les touristes. L’avenir de l’hébergement touristique camerounais est en question. Si les hôteliers n’investissent plus, c’est parce que les hôtels n’ont plus d’argent pour se mettre aux normes. D’ici à 2015, date de l’échéance pour les mises aux normes d’accessibilité, 75 % des hôtels en milieu rural devraient fermer leurs portes
Les professionnelles des métiers du tourisme camerounais se sont penché sur l’hébergement touristique et son devenir au Cameroun, à l’occasion d’un seminaire d'information sur l'elaboration de la charte qualite dans le secteur hotelier.
Le tourisme est une activité à double visage, à la fois structurante et déstructurante, productive et dégradante, facteur de liberté et instrument de différence. Ceci explique ses effets contrastés, ses apports positifs à l'économie et la nécessité d'en encadrer le développement.
La question de l’hébergement est un problème global. Qu’il s’agisse des résidences de tourisme, dont le parc est vieillissant, ou des campings, qui ont su renouveler leur offre mais correspondent à un public très spécifique, le problème du Cameroun n’est pas lié à un seul mode d’hébergement. C’est une approche globale que les collectivités doivent avoir. Elles doivent mixer les formes d’hébergements 64623 158264297529146 157965634225679 380366 8247904 n

Partager cet article

Repost 0
Published by NCHEKOUA TCHOUMBA Jean-robert
commenter cet article

commentaires