Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 décembre 2010 3 08 /12 /décembre /2010 08:56
Si des circonstances et des contraintes exigent que différrents types d'action soient pris par l'Etat, elles n'excusent pas une inaction de la part de l'Etat. Il faudrait établir un ensembre d'indicateurs internationaux sur la violence à l'agard des femmes basé sur les données fiables et largement disponibles collectés au niveau national, en recourant à des méthodes comparables pour définir et quantifir la violence. Pourtant partout dans le monde, des Etats n'appliquent pas pleinement les normes internationales relatives à la violence à l'égard des femmes. Un grand nombre de pays ne disposent pas de données fiables et il n'est pas toujours possible de comparer de manière significative une grande partie de l'information existante. Peu nombreux sont les pays qui collectent régulièrement des données, ce qui permettrait de quantifier les changements dans le temps. Il faut rassembler sans plus tarder des informations sur la façon dont les différentes formes de violence touchent divers groupes de femmes ; il faut pour cela des données qui ont été ventilées selon des facteurs tels que l'âge et l'ethnicité. On ne dispose que de peu d'information nécessaire pour évaluer les mesures prises pour lutter contre la violence à l'égard des femmes et pour en juger l'impact. A cet effet sous le thème "MEDIA AND VIOLENCE AGAINST WOMEN" The international Association of women in Radio and Televion a tenu ses assises régionales du 26 au 28 novembre 2010 au Djeuga Palace Hôtel de Yaoundé. Les violence à l'égard des femmes est lourde de conséquences pour les femmes, leurs enfants et l'ensemble de la société. Les femmes qui sont victimes de la violence ou toute une gamme de problèmes de santé, et leur aptitude à gagner leur vie et à participer à la vie publique s'en trouve diminuée. Leurs enfants sont bien plus exposés à avoir des problèmes de santé, de mauvais résultats scolaires et des troubles de comportement. la violence à l'agard des femmes appauvrit le femmes, leurs familles, leurs communautés et leurs pays. Elle affaiblit la production économique, draine les ressources des services publics et des employeurs, et réduit la formation du capital humain. Même si les enquêtes les plus complètes menées à ce jour en sous-estiment les coûts, toutes montrent néanmoins que si rien n'est fait pour remédier au problème de la violence à l'égard des femmes, cela aura de graves conséquences économiques. S'il existe de nombreuses formes de violence à l'égard des femmes à savoirs physique, sexuelle, psychologique et économique, certaines deviennent plus virulentes tandis que d'autres s'estompent au fil des changements démographiques, de la restructuration économique et des mouvements sociaux et culturels des sociétés. Par exemple, de nouvelles technologies peuvent engendrer de nouvelles formes de violence, tels le harcellement par l'internet ou le téléphone mobile. Certains formes tels le trafic international et la violence contre les travailleurs migrants, traversent les frontières nationales. Les Etats ont l'obligation claire et concrète de s'employer à résoudre le problème de la violence à l'égard des femmes, que cette violence soit le fait d'agents de l'Etat ou d'acteurs non étatiques. Les Etats ont également des responsabilités à l'égard des femmes elles-mêmes, de l'ensemble de leurs citoyens et de la communauté internationale. Les Etats ont le dévoir de prévenir les actes de violence à l'égard des femmes, d'enquêter sur ces actes lorsqu'ils se produisent et de poursuuivre et punir les auteurs, et de compenser et d'aider les victimes. Il ressort clairement que la violence à l'égard des femmes est un problème grave répandu dans le monde entier : 71 pays ont procédé à une enquête au moins sur la violence à l'égard des femmes. Mais il existe un besion urgent de renforcer les bases de connaissances qui permettront d'élabore des politiques et des stratégies. Il income à Chaque Etat de veiller à ce que des données adéquates soient collectées pour traiter du problème de la violence à l'égard des femmes, mais des données inadéuates ne réduisent en rien la responsabilité de l'Etat de prévenir et d'éliminer la violence à l'égard des femmes.

Partager cet article

Repost 0
Published by NCHEKOUA TCHOUMBA Jean-robert
commenter cet article

commentaires