Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 septembre 2011 2 13 /09 /septembre /2011 12:16

La cérémonie de lancement a eu lieu le mercredi 12 mai, dans la salle de conférence de l’Uccao, par le secrétaire général de la région de l’Ouest.

Sous l’égide du ministère de l’agriculture et du développement rural (Minader) le chef-lieu de la région de l’Ouest vient d’abriter la cérémonie de lancement du projet d’amélioration de la compétitivité agricole (Paca). Prévu pour une durée de 6 mois, les secteurs d’activités concernés sont la culture du riz, maïs, banane plantain, café-cacao, palmier à huile, manioc, coton et la filière porcine et volaille. Monsieur Tousse, coordonateur national du Paca fait remarquer qu’en 2008, la banque Mondiale avait fait une étude diagnostic de ces différentes filières qui ont été retenus dans le cadre d’un cofinancement, avec le gouvernement camerounais, à hauteur de 32 milliards.

Parce que possédant de nombreuses potentialités agropastorales, l’Ouest fait partie des 7 régions qui ont été retenues pour la mise en œuvre de ce projet. Les 5 départements bénéficiaires sont les Bamboutos, le Haut-Nkam, le Koung-Khi, la Mifi et le Noun. Selon Victor Tenkeu, délégué régional du Minader, cette initiative du gouvernement est une solution à la lutte contre le chômage, le sous-emploi et la pauvreté et vise en même temps à accroître la rentabilité des petits producteurs bénéficiaires.

D’où l’interpellation des organisations paysannes à faire preuve de responsabilité dans la gestion des fonds qui seront mis à leur disposition. On se souvient que par le passé, des fonds similaires avaient été mis à la disposition des paysans sans que de résultats palpables ne soient obtenus. Dans son allocution de lancement, Maliki Oumara, le secrétaire général de la région de l’Ouest, a relevé que le Paca marque le grand retour de la Banque mondiale dans le financement de l’agriculture au Cameroun. L’objectif visé étant l’atteinte de l’auto suffisance alimentaire et la promotion accélérée des cultures vivrières et d’exportation ; avec une réorientation des priorités vers le secteur productif dans les milieux ruraux.

Des composantes de ce projet, il en ressort la réhabilitation des infrastructures dont les routes rurales ainsi que des périmètres irrigués, l’appui à la mise en place des partenariats économiques et à l’amélioration du cadre juridique et réglementaire des secteurs de l’agriculture et de l’élevage. Au lendemain de ce lancement officiel qui vise à informer et sensibiliser les principaux acteurs et parties prenantes sur le contenu du projet, les procédures et mécanismes de son fonctionnement, reste attendus la présentation, la sélection et le financement des projets retenus au niveau régional.

Partager cet article

Repost 0
Published by NCHEKOUA TCHOUMBA Jean-robert
commenter cet article

commentaires