Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 juin 2011 4 30 /06 /juin /2011 20:44

Les infections à pneumocoques ont de nouveaux moyens de prévention
Le pneumocoque est la première cause d'infection bactérienne chez l'enfant de moins de 3 ans. Dans le meilleur des cas, ces infections se traduisent en otite ou en sinusite ; mais elles peuvent également être à l'origine de septicémie, de méningite ou de pneumonie. Des vaccins permettent à nos chères têtes blondes d'éviter ces épisodes parfois dramatiques.
Depuis une vingtaine d’année, un vaccin est déjà disponible contre ces infections mais il se révélait incapable de stimuler une réponse immune adéquate chez les nourrissons et les jeunes enfants âgés de moins de 2 ans.
Un vaccin existe pour protéger les bébés : Prevenar 13 ®, mis au point par les laboratoires Wyeth. Il est très bien toléré par les nourrissons. Remboursé par la sécurité sociale, Prevenar 13 est recommandé et remboursé jusque 2 ans ou jusque 5 ans chez les enfants à risque élevé d’infections invasives à pneumocoque. Il est désormais inscrit au calendrier vaccinal 2011 au CAmeroun
 Pour les enfants sans risque particulier, le schéma de vaccination de Prevenar 13 comprend 2 injections de primovaccination à 2 et 4 mois et 1 injection de rappel à 12 mois. Pour les enfants de moins de deux complètement vaccinés avec Prevenar 7, il est recommandé d’élargir la protection avec 1 dose complémentaire de Prevenar 13 ; une seule dose suffit (au moins 2 mois après la dose de rappel et avant l’âge de 24 mois) pour bénéficier d’une protection aux 6 nouveaux sérotypes.
Des études menées aux Etats-Unis, au Royaume-Uni, en France, en Allemagne et en Finlande ont permis d’établir que le vaccin est bien toléré. La plupart des réactions au vaccin comme les irritations locales et fièvres étaient habituelles pour un vaccin et disparaissaient spontanément ; elles étaient comparables à celles observées habituellement avec d'autres vaccins.
 Chaque année, plus d'un million d'enfants à travers le monde meurent d'une infection pneumococcique. Un vaccin existe aujourd'hui pour protéger les plus jeunes.De la pneumonie à la méningite, le pneumocoque (Streptococcus pneumoniae) est la première cause d’infection bactérienne chez l’enfant de moins de 3 ans. Et le pneumocoque français est particulièrement résistant aux antibiotiques. "De 4 % en 1987, on est passé à 48 % en 1997", rappelle le Pr Edouard Bingen de l’Hôpital Robert Debré. On se trouve par conséquent face à un véritable problème de santé publique.
Chez l’enfant, les infections pneumococciques peuvent avoir des conséquences variées. Dans le meilleur des cas, elles se traduisent en pneumonie, sinusite ou otite moyenne aiguë (OMA), des maladies d’autant plus fréquentes lorsque l’enfant est placé en crèche ou halte garderie.
Mais ces infections peuvent également être dites invasives, c’est le cas lorsque le pneumocoque est à l’origine de septicémie, méningite et pneumonie bactériémique. Elles peuvent provoquer une paralysie, des lésions cérébrales voire un décès en cas de non-traitement ou de résistance à celui-ci. La bactérie Streptococcus pneumoniae est le principal responsable des méningites chez le nourrisson de 2 à 12 mois.
Une mise au point difficile mais nécessaire .La bactérie S.pneumoniae existe sous différentes formes, on distingue 90 sérotypes différents. Ainsi, la mise au point d’un vaccin est un véritable défi que l’apparition croissante de résistance aux antibiotiques rendait urgent. La prescription d’antibiotiques, que certains jugent abusive, entraîne en effet une augmentation des cas de résistance dont s’est inquiété l’Organisation Mondiale pour la Santé en juin 2000.
L'objectif principale est de protéger le nourrison contre les pathologies à pneumocoque e contribuer ainsi au  au 4 e objectif du développement du millénaire d'ici à 2015. Face au fardeau des infections à pneumocoque et la l'importance de la prévention, Une interventions simple simples et peu coûteuses peuvent réduire la mortalité en Afrique et détermination, argent et innovation peuvent réduire des taux de mortalité élevés. Ce à quoi s'attèlent le Gouvernement camerounais et Gavi Alliance dans leur partenariat.
   

Partager cet article

Repost 0
Published by NCHEKOUA TCHOUMBA Jean-robert
commenter cet article

commentaires