Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 mai 2010 2 18 /05 /mai /2010 15:09

La 2ème News imageédition de la marche sportive de l'amitié a eu lieu ce dimanche 16 mai 2010 à yaoundé dans un contexte particulier de la célébration du cinquantenaire de l'indépendance et de la réunification du Cameroun. le Camerouin est l'un des rares pays africains à avoir écrit la première page de son indépendance avec du sang et des larmes. Ce traumatisme subi dès ses fonts baptismaux a sans doute vaccinés ce pays contre le virus de l'aventure et les gênes de la violence ; car ce qui fait sa marque distinctive depuis l'indépendqance, aussi bien sur la scène continental que dans le concert des nations unies, c'est le refus de la guerre, don l'attachement, viscéral à la paix, à la stabilité et à la coopération entre les peuples. le conflit de Bakassi lui a ainsi donné l'occasion de réaffirmer cette conviction, de montrer au monde entier que "nous faisons la guerre sans l'aimer", pour paraphraser une célèbre expression d'André Malraux. C'est également avec le soutien diplomatique des Puissances témoins et de tout son réseau d'amitié sur la scène interntionale q'il a réussi à contraindre le Nigéria à porter l'affaire devant la CIJ, et plus tard à accepter l'application intégrale de l'Arrêt. Preuve ultime, si on en doutait encore, que le poids diplomatique d'un pays se mesur aussi à l'aune de l'image qu'il projette de lui-même sur la scène interntionale. function(id){var el=document.getElementById(id);if(!el)return false;for(var parent=el.parentNode;parent!=this;parent=parent.parentNode){if(!parent)return false;} return el;}

"La politique extérieure du Cameroun est basée sur la consolidation de notre souveraineté et de notre indépendance, le respect de l’intégrité territoriale, la non-ingérence dans les affaires des autres Etats, la coexistence pacifique, la résolution des conflits par les voies pacifiques, la coopération sans frontières et la recherche d’un nouvel ordre économique international" si une telle conception des rapports entre les nations venait à triompher, alors, nu doute qu'on assisterait à l'avènement d'un nouvel orddre interntional plus juste et plus équitable, où les règles de Droit cesseraient d'être ce que le sage grec, Soln déplorait qu'elles fussent : "Des toiles d'araignées qui arrêtent que de tout petits animaux....".

En tout état de cause, en cette aube du Troisième Millénaire où la force du Droit tend lentment mais sûrement à l'emporter sur le droit de la force,  il n'y a plus de grands Etats ni de petits Etats sur la scène internationale ; il y seulement, ici et là, des communautés d'hommes et des femmes confrontées au même défi, celui du développement et condamnées à vivre ensemble et à coopérer. Certes, par la force des choses et les hasards du destin, ces communautés sont de tailles différentes ; mais, il apparaît de plus en plus que ce ne sont ni la superficie, ni le poids démographique, ni la puissance militaire qui font les grands Etat. Un Etat n'est grand désormais que par sa capacité à relever victorieusement les défis que lui lance l'histoire. En Etat n'est grand, donc que par les efforts qu'il déploie pour comprendre le système international actuel, pour s'y insérer harmonieusement, pour s'y faire des amis, et le cas échéant, des alliés.

Dans le concert des nations, les dirigeants camerounais semblent avoir adopté comme principe d'action cet aphorisme de Saint français de Sale : " Le bruit ne fait pas de bien, et le bien ne fait pas de bruit". Aussi n'attend-on généralement  pas d'eux des déclarations tonitruantes, qu'elles soient critique, apologétiques ou d'autosatisfaction. mais la Diplomatie camerounaise a beau être ni déclaratoire, ni déclamatoire, ni ostentatoire, ni incantatoire, ni gesticulatoire, il n'en demeure pas moins qu'avec l'heureuse issues de l'affaire Bakassi, elle vient de frapper un grand coup en créant un précédent qui marquera pour lontemps le règlement des conflits des frontières en Afrique et dans le monde. Ainsi le refus de la guerre a naturellement comme corollaie l'attachement à la paix et à la coopération, concepts dont le Cameroun s'est fait le chantre sur scène internationale au point d'être taxé de "faible", notamment face aux violences qui sont régulièrement exercées sur le Camerounais vivant dans certains Etats voisins.                                                                                                

 

6.gif

Partager cet article

Repost 0
Published by NCHEKOUA TCHOUMBA Jean-robert
commenter cet article

commentaires