Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 mai 2011 7 08 /05 /mai /2011 14:16

On considère  généralement que les médias liberaux favorisent directement la démocratisation et la bonne gouvernance, et indirectement le développement humain. Les nouvelles technologies aidant les conséquences des limitations imposés à la presse au sujet de la corruption, de la pauvreté et du sous-développement sont très exagérées. L'existence des lois écrites est le facteur déterminant dont dépend l'existence ou l'absence d'une presse libre. Les restrictions générales imposées à la presse, notamment les lois sur sur le secret d'Eat et les limitations imposées à la participation d'intérêts privés dans le capital des médias, se justifient souvent par des considérations de sécurité nationale.
Sous l'effet de la mondialisation le concept même de l'information cesse d'être une condamnation purement morale du secrt et revêt une signification plus neutre, comme une autre forme de régulation du marché, d'administration plus efficace des affaires pubiques et comme un faceur de croissance et de développement de l'industrie de l'informatique.
Les victiores insignes ont été remortées dans la lutte pour promouvoir la liberté d'expression. Dans cette révolution des communications et des médias, les les pays en développement ont besion que les donateurs et autres acteurs soient donc bien avisés d'élaborer des stratégies afin qu'ils ne soient pas les perdants par dessous tout comme le font valoir les auteurs de certains des contributions sur la fragmentation complexe et déroutante des médias, depuis les journaux et réseaux de radio et de télévision traditionnels jusqu'aux services de nouvels utilisants d'internet ou le téléphone mobile.
Eisabeth Bryan est une journaliste américaine de presse écrite et de radio installée à Paris depuis 2000. Depuis plus de 15 ans elle couvre les questions de politique internationales, de développement et d'environnement aux Etats-Unis, en Europe, au Moyen Orient et en Afrique pour des médias grans public et des publications spécialisées. La journée mondiale a été l'occasion pour elle de donner son opinion sur le thème retenu par l'Unesco à savoir "Les Medias du On considère  généralement que les médias liberaux favorisent directement la démocratisation et la bonne gouvernance, et indirectement le développement humain. Les nouvelles technologies aidant les conséquences des limitations imposés à la presse au sujet de la corruption, de la pauvreté et du sous-développement sont très exagérées. L'existence des lois écrites est le facteur déterminant dont dépend l'existence ou l'absence d'une presse libre. Les restrictions générales imposées à la presse, notamment les lois sur sur le secret d'Eat et les limitations imposées à la participation d'intérêts privés dans le capital des médias, se justifient souvent par des considérations de sécurité nationale.
Sous l'effet de la mondialisation le concept même de l'information cesse d'être une condamnation purement morale du secrt et revêt une signification plus neutre, comme une autre forme de régulation du marché, d'administration plus efficace des affaires pubiques et comme un faceur de croissance et de développement de l'industrie de l'informatique.
Les victiores insignes ont été remortées dans la lutte pour promouvoir la liberté d'expression. Dans cette révolution des communications et des médias, les les pays en développement ont besion que les donateurs et autres acteurs soient donc bien avisés d'élaborer des stratégies afin qu'ils ne soient pas les perdants par dessous tout comme le font valoir les auteurs de certains des contributions sur la fragmentation complexe et déroutante des médias, depuis les journaux et réseaux de radio et de télévision traditionnels jusqu'aux services de nouvels utilisants d'internet ou le téléphone mobile.
Eisabeth Bryan est une journaliste américaine de presse écrite et de radio installée à Paris depuis 2000. Depuis plus de 15 ans elle couvre les questions de politique internationales, de développement et d'environnement aux Etats-21 siècle, nouvelles frontrières, nouveaux obstacles".
En effet Les nouveaux medias (twitter, facebook, blog journal online)  révolutionnent la liberté de la presse et l'effet de visibilité du net n'est donc pas un concept vain, il faut l'alimenter tous les jours.
Nous vivons peut être une époque riche en possibilités où même certains pays les pauvres pourraient tirer parties de nouvelles technologies et de fait si des appels à promouvoir un journalisme au service du développement lancés dans le cadre des propositions relatives au nouvel orddre de l'information et de la communication pour que les médias contribuent  efficacement à la lutte contre la pauvreté, il faut bien sûr qu'ils puissent opérer librement et en toute sécurité.
La reconnaisance du rôle décisif des médias et des technologies de l'information et de la communication dans la mise sur pied d'activités propres à élargier l'accès à l'information à nous permettre de combler ce qu'on appelle le fossé numérique dont on sait qu'il est beaucoup plus qu'en enjeu technologique l'évolution des technologies des médias est allée plus vite que la réforme des textes et les médias indépendants et professionnels peuvent contribuer de manière décisive à la tranformation des société.
Si nous autres journalistes reclamons la transparence et le respect de l'obligation de rendre des comptes, c'est parce que nous savons que démasquer la corruption est un aspect essentiel du rôle de la presse dans une société libre. mais nos préoccupations ne s'arrêtent pas à notre rôle de reporters, de rédacteurs et d'auteurs. Nous avons individuellement, la responsabilité d'instaurer des conditions de travail correcte et transparente.
L'autosencure des journalistes, qu'elle soit dictée par la peur, un sentiment déplacé de solidarité éthnique ou religieuse ou l'espoir de quelque gain, discrédite les médias et dénature notre fonction essentielle.

Partager cet article

Repost 0
Published by NCHEKOUA TCHOUMBA Jean-robert
commenter cet article

commentaires